piloter l'axe lineaire,
De nos jours le souci écologique a pris une place pépondérante dans le domaine de la recherche et bien d’autre. De plus, la demande croissante en électricité pour les appareils électronique portatifs rester à développer. Au sein du domaine de mécatronique, la recherche est axée sur les énergie dites propres à l’aide de contrats industriels menant à une étude technologique approfondie. Le générateur électromagnétique portatif s’inscrit dans ce cadre. Donc, le bus de notre projet est necessair de réaliser une commande fidele du mouvement de rotation de la machine synchrone afin de tester et de mesurer l’énergie produite par ce générateur. De facon à réaliser cette commande, nous allons commander cette machine en position. La commande nécessite un redressement du réseau triphasé et puis ajouter un onduleur qui permet d’alimenter la machine par une tension sinusoidale. L’onduleur est commandé par une interface DSPACE, elle meme programmée par le logiciel labview. La position est donnée par le resolver-6 poles qui est associé la machine synchrone. Nous savons que un enroulement rotorique est exité par la tension sinusoidale, il produit un champ tournant qui induit dans deux enroulements secondaires placés au sator et décalé de 90 degré, donc, nous déterminerons la position du rotor en fonction de la combinaison de deux tensions. Et puis l’envoyer a la carte de conversion qui est associée l’interface DSPACE. Cette carte nous permet de commander numeriquement la position du rotor de la machine synchrone.


Compétences mobilisées
De fason à réaliser ce projet, il faudrait faire appel à l’association de divers domaines, qu’ils soient électronique, mécanique et autres aboutissent à un dispositif de type mécatronique.
Dans un premier temps, nous réaliserons une carte de redresseur PD3 et une carte d’onduleur ( 7 IGBT, y compris le dissipateur) par commande MLI(modulation de largeur d’impulsion) délivrant plusieur créneux rectangulaires de largeur et de fréquence variable. La commande de l’onduleur est faite par une carte électronique(partie commande) à base de nouveau circuit de l’IGBT---SKM 50GB 123D(et SKM 50GAL 123D pour le dissipateur) qui optimise la fiabilité des systemes, il meme commandé sous logiciel LABVIEW.
Dans un second temps, pour commander numériquement la position du rotor de la machine synchrone à partir de resolver-2 poles qui est associé la machine synchrone, nous choisissons un composant de chez Analog Devices-- AD2S1200, nous permettant une mise en œuvre simple mais également un fonctionnement modulable (récupération de la position et de la vitesse) via une liaison série ou parallèle.
De plus, pour mieux comprendre et réaliser ce projet, nous avons aussi besion de comprendre le fonctionnement de la machine synchrone.


-:lien vers le poster ,

Sun xiaowei, Wang wei, MEEA, 2008